Votre initiative, notre cause
Accés Foundation
Accés Entités

Collections COAC (Alt Empordà)

LA PROLIFIQUE TRAJECTOIRE D’UN VISIONNAIRE EXPOSÉE DANS LA DÉLÉGATION DE L’ALT EMPORDÀ DU COAC

L’exposition a présenté une sélection de projets de l’architecte, ingénieur et entrepreneur Josep Maria Bosch Aymerich, provenant d’une partie du fonds documentaire que la Fondation Privée Bosch Aymerich, gestionnaire de son legs, cède aux Archives historiques du COAC.

Le 20 février 2019, la Délégation de l’Alt Empordà de l’Ordre des Architectes de Catalogne (COAC) de Figueras, a accueilli l’inauguration de l’exposition « Collections COAC / Josep Maria Bosch Aymerich ». Concrètement, dans cette itinérance, est montrée la section «loisirs et tourisme» qui fait connaître, à travers des maquettes, plans, dessins et photographies, les projets de l’Hôtel Cap Sa Sal à Begur (1955-1963), le projet non réalisé du Flotel (hôtel flottant) (1978), la Villa pour M. Bloch, et la station de ski de Masella, Pyrénées de Gérone (1965-1967).

L’acte a compté sur la conférence inaugurale de  MRoger Subirà, architecte et commissaire de l’exposition, qui a passé en revue la trajectoire professionnelle de Bosch Aymerich, architecte, ingénieur et entrepreneur.

« Collections COAC / Josep Maria Bosch Aymerich »

L’exposition qui a été inaugurée le 8 novembre 2018, dans la salle des expositions du COAC à Barcelone, présentait la personne et l’œuvre de Bosch Aymerich dans l’ensemble de l’architecture du XXème siècle  dans notre pays. Et elle le faisait à travers quatre grandes sections : «grands clients», «paysages corporatifs », «loisirs et tourisme» et «services sociaux». L’exposition a été réalisée à partir d’un recueil de maquettes, plans, dessins et photographies sélectionnés dans l’ensemble documentaire que la Fondation Privée Bosch Aymerich a cédé aux Archives historiques du COAC.

Le siège de Figueras a montré la section loisirs et tourisme qui appartient aux années centrales de l’oeuvre de Bosch Aymerich, coïncidant avec la grande explosion de l’industrie touristique en Espagne.

C’est dans ces projets où nous trouverons le plus de diversité stylistique et le plus de liberté formelle. Il s’agit de projets débordant d’optimisme qui incluent des raretés et des curiosités telles qu’un grand complexe touristique flottant avec une architecture clairement influencée par les architectures utopiques de la décennie des années soixante d’Archigram.

Nous trouvons aussi, en particulier sur la Costa del Sol andalouse, de grands complexes touristiques avec d’intéressants ensembles architecturaux à croissance organique et déploiements spatiaux, comme il appartient aux décennies des années soixante et soixante-dix, mélangés à des éléments des architectures vernaculaires méditerranéennes.

Dans cet espace, il faut souligner des œuvres telles que :

  • Hôtel Cap Sa Sal, Begur (1955-1963).

Le caractère topographique et massif de cette architecture, dans laquelle Rubió i Tuduri a collaboré comme paysagiste et Josep Guinovart comme muraliste, est l’un des exemples les plus clairs d’un premier moment du développement touristique dans notre pays.

  • Station de ski de Masella, Pyrénées de Gérone (1965-1967)
  • Villas

Un grand nombre de ces logements unifamiliaux correspondent à des résidences secondaires et constituent quelques-uns des exemples les plus réussis de son architecture, à tel point que certaines d’entre elles sont entrées dans le catalogue d’architecture moderne du Docomomo Ibérique.

UN PERSONNAGE EXCEPTIONNEL DANS LE PANORAMA ARCHITECTURAL DU XXème SIÈCLE EN CATALOGNE

Josep Maria Bosch Aymerich (1917-2015) fut un étudiant brillant. Il mena de front les études d’ingénieur et d’architecture —terminées dans un temps record— sous la direction de l’académie Humet spécialisée dans les cours d’appui aux étudiants.

Ses succès comme étudiant lui donnèrent la possibilité d’être le délégué de l’Institut national de l’industrie aux États Unis, où il compléta sa formation au Massachusetts Institute of Technology et rencontra les principales figures du mouvement moderne.

En 1947, il revint à Barcelone comme directeur technique industriel de la Zone franche, où il joua un rôle clé dans l’établissement de l’usine SEAT dans la ville.

En 1953, il s’associa avec Frederic H. Harris - géant américain de l’ingénierie responsable d’installations pétrolières dans le Golfe Persique – et il créa la société Harris Bosch Aymerich SA, avec laquelle il réalisa des ouvrages comme le réseau des autoroutes du Pays Basque, la jetée du Port de Barcelone ou les bases nord-américaines.

Il fonda également des entreprises et des institutions comme l’Institut d’études nord-américaines ou Banco Madrid.

Malgré les difficultés pour accéder à de grands contrats en Catalogne, il a laissé des édifices remarquables comme l’Hôtel Cap Sa Sal à Begur, l’ensemble de logements pour les travailleurs de la Seat sur la promenade de la Zone franche, l’Institut des études nord-américaines sur la Vía Augusta, la clinique La Alianza ou le siège de l’entreprise chimique Hoechst de Travessera de Gracia, tous les quatre à Barcelone. Néanmoins, certains des projets clés de sa trajectoire, comme un gratte-ciel sur la place Cataluña, ne virent jamais le jour en raison de l’opposition du gouvernement local.

Comme promoteur, il fut pionnier dans l’importation en Espagne du modèle américain de faubourg résidentiel extensif dans des secteurs comme La Moraleja. Il fut également une figure clé du développement touristique de la côte espagnole, en particulier dans le sud de l’Espagne ou dans les Pyrénées catalanes, où il fonda la station de ski de Masella. Jusqu’à sa mort, sa table était pleine de grands projets, comme les quartiers de sa propre promotion à Madrid, Manchester ou Londres.